Église protestante Unie

vous avez une question ?

Pour écrire un poème, il faut marcher longtemps, jusqu’aux rivages de l’ enfance.

Pour écrire un poème, il faut se souvenir que les cailloux que l’on sème ne perdent jamais leur parfum.

Se souvenir qu’un jour ou l’autre, demain,notre mémoire parlera pour écrire un poème.

Se souvenir des sentiers sinueux qui longent les rivages de l’enfance.

Et marcher droit devant, en laissant derrière nous les cailloux, que l’on sème pour écrire un poème.

Iloa,

Je n’ai besoin de Bergson ….M

pourquoi cette “foutue mémoire” ( qui ne sert à rien) me fait remonter à la surface et à intervalles réguliers, un lieu, un endroit banal où je ne suis resté que quelques minutes, et cela il y a plus de quarante ans…comment cette mémoire a t elle pu enregistrer une scène anodine et sans interêt où je gravis une colline dans l’Aude, face à une vieille ferme abandonnée, cachée dans un bosquet…

juste un coup d’oeil aux lieues abandonnées…cette mémoire a tout enregistré, même l’herbe folle, et l’odeur des chênes verts…que lui est-il arrivée, pour me le rappeler de façon si insistante quarante ans après ?

Retour en haut